Seytoo — Des idées et des histoires qui inspirent. Si nous voulons avancer, nous devons penser comme les Blancs.
×
search
live_tv
EN
search

Actualités
Analyses
Lifestyle
Vidéos
Chroniques

En cliquant sur « Je m'inscris », vous acceptez la Politique de Confidentialité de Seytoo.
Créez votre compte !
keyboard_arrow_left

Préc.


Partag.

save

Enreg.
keyboard_arrow_right

Suiv.

Analyses

Si nous voulons avancer, nous devons penser comme les Blancs. « Pensons d’abord aux Africains ! »

22 septembre 2020, Jolof
Si nous voulons avancer, nous devons penser comme les Blancs. « Pensons d’abord aux Africains ! »

S'il existe, il est extrêmement rare de voir une femme blanche risquer sa vie en essayant d'être noire, alors pourquoi devrions-nous ? Pourquoi les femmes noires font-elles cela ?

Si vous êtes un fier Africain, tout comme moi, en lisant le titre, vous vous demandez peut-être : « pourquoi devons-nous penser comme eux ? Pourquoi ne pas être simplement nous-mêmes ? »

Ces questions sont valables. Nous devons être nous-mêmes, de vrais et fiers Africains. Malheureusement, la réalité montre encore le contraire. Bien que ça disparaisse lentement, il y a encore un certain pourcentage d'Africains qui se considèrent encore comme « inférieurs » aux Blancs, ou moins beaux que les personnes à la peau claire. De la mode aux affaires, et même dans la vie quotidienne des gens, certains d’entre nous considèrent toujours « ce qui est blanc comme meilleur ».

Au Sénégal par exemple, les personnes qui respectent leurs engagements, se tiennent responsables, se tiennent propres, etc. sont appelées « Toubab » (Blanc). Les femmes se « tuent » encore avec une dépigmentation de la peau, de faux cheveux, de faux ongles, de faux cils, etc., juste pour paraitre « blanches ». Quand vous allez dans des pays comme le Congo, les hommes se mettent également dans la « torture » de la dépigmentation.

En matière de commerce ou de location, un Sénégalais, même le président sénégalais, est prêt à donner le privilège aux hommes d'affaires blancs au détriment du sénégalais. Nous l'avons vu maintes fois, au point que les inventeurs et hommes d'affaires sénégalais vivant à l'étranger hésitent parfois à rentrer chez eux et à investir en raison de l'attitude du gouvernement sénégalais à leur égard.

Tout ce privilège accordé aux Blancs au détriment de nos propres intérêts africains me fait poser les questions : comment cela s'est-il passé ? Hormis l'histoire, comment, pendant toutes ces années, les Blancs ont été considérés comme « meilleurs » au point que certains pays chérissent ce qui est « blanc » et rejettent le « noir » ?

Eh bien, je n'ai peut-être pas toutes les réponses. Cependant, après avoir passé des années dans des pays « blancs » et observé leur vie quotidienne, je crois que les trois exemples suivants ont contribué à créer le « privilège » dont les Blancs jouissent aujourd'hui. Et tout dépend de la façon dont ils se perçoivent.

Les Blancs choisissent toujours les Blancs en premier

Qu'il s'agisse d'acheter ou de vendre, d'embaucher ou de contracter, d'aimer ou de se marier, la plupart des Blancs ont toujours choisi ce qui est blanc en premier. Toujours ! Lorsqu'il s'agit d'acheter un produit, les Blancs font attention au fabricant du produit et préfèrent souvent acheter des produits auprès d'entreprises appartenant à des Blancs. Peu importe que le produit soit fabriqué en Chine ou non. Ce qui compte, c'est que le propriétaire du produit, l'entreprise appartient à des Blancs. La même « règle » s'applique lorsqu'il s'agit d'aller au restaurant, d'acheter de la nourriture, etc.

En matière d'embauche, selon le pays où vous vous rendez, la plupart des emplois « importants » sont occupés par des Blancs, car au fond, ils croient qu'ils devraient être les responsables. Cela a conduit à plusieurs cas de discrimination aux États-Unis, par exemple où les Noirs ont du mal à atteindre certains niveaux de poste.

En termes d'amour, la plupart des Blancs épouseraient leur propre peuple, et certains iraient jusqu'à encourager les autres à faire de même. À Kitchener, par exemple, une ville située au Canada, il fut un temps où les gens trouvaient des prospectus dans leur boites à lettres, sur les « risques auxquels les Blancs peuvent être confrontés s'ils épousent des Noirs ». Selon les prospectus, « épouser une personne noire peut entraîner une baisse des capacités intellectuelles… » Et cela s'est produit au Canada, un pays connu pour « accueillir » les gens de partout dans le monde. Les couples mixtes existent, mais la réalité demeure que la plupart des Blancs choisiraient les leurs en premier.

Ce ne sont là que quelques exemples parmi des centaines, démontrant comment les Blancs se choisissent toujours entre eux au lieu des autres groupes ethniques. Les Chinois et les Indiens ont vu cela et ont fait exactement la même chose. Il est temps pour nous, Africains, de faire de même si nous voulons aller de l'avant.

Que pouvons-nous faire ? Choisissons d'abord l'Afrique. Nous devons nous entraider si nous voulons avancer. Si tous les autres groupes ethniques nous voient - les Noirs et l'Afrique - d'une manière négative, nous devons unir nos forces, nous entraider pour avancer. Nous devons encourager à faire des affaires entre nous, et seulement si cela est nécessaire, nous pouvons nous ouvrir aux autres. Les Blancs l’ont compris que depuis des siècles, il est temps que nous fassions la même chose car cela a fonctionné et cela fonctionne jusqu'à aujourd'hui. A partir de maintenant, pensez « Noir », pensez Africain et aidons-nous les uns les autres. Faisons de l’entraide notre propre norme.

Les Blancs se considèrent toujours comme « la norme universelle »

Oui, vous m'entendez. Les normes blanches sont considérées comme les « normes universelles ». Pensez-vous vraiment que les « droits de l’homme universels » ont été établis et décidés par nous, les Noirs ? Pas du tout ! Quand les Blancs critiquent ce qu'ils considèrent comme « contraire à l'éthique », « cruel », « non civilisé », etc., c'est basé sur leurs propres normes qu'ils pensent devoir s'appliquer au reste du monde. C'est la raison pour laquelle l'Occident pense à tort que la démocratie est le bon modèle de gouvernance pour tous les pays. Et, parce qu'ils ont leurs armes, ils utilisent leur prétexte pour promouvoir leurs propres intérêts dans des pays dotés d'une infrastructure militaire plus faible au nom de la « restauration de la démocratie ». Quel mensonge !

Au-delà de la politique, les Blancs croient profondément qu'ils sont le reflet de la « beauté universelle », que les femmes doivent être maigres, que les cheveux des femmes doivent être lissés, que la peau doit être « claire », etc. Ils utilisent leurs médias et leur influence pour faire leur propres normes « universelles ». La vérité est qu'il n'y a rien de « universel ». Les gens sont différents, les sociétés sont différentes, et les règles de toute société devraient être décidées par les gens de cette société.

Que pouvons-nous faire alors en tant que Noirs et Africains ? Célébrons et adoptons nos propres normes. Si nous pouvons adopter nos propres normes en restant fidèles à nous-mêmes (pas de faux cheveux ou de fausse peau claire nécessaire) du point de vue de la mode en établissant nos propres règles, nous n'aurons pas besoin de dépenser des milliards en dehors de l'Afrique. Adopter notre culture, notre mode, nos habitudes peut avoir un effet positif fort sur notre propre économie. L'exemple parfait est la Chine. La Chine a pu adopter sa propre culture et elle est respectée pour cela grâce à son succès. En conséquence, ils ont pu exporter leur propre culture en dehors de la Chine (par exemple : la cuisine chinoise, la médecine traditionnelle chinoise…) L'essentiel est que si nous ne pouvons pas accepter et adopter nos propres normes, nous ne serons pas respectés en tant que nous-mêmes puisque nous montrons que nous ne respectons pas qui nous sommes réellement.

Les Blancs pensent et trouvent des solutions, au lieu de compter sur les autres

C'est un attribut très positif. Et grâce à cet état d'esprit, il est juste de dire et d'admettre que les inventions les plus connues dans le monde proviennent des Blancs. Il existe plusieurs inventions noires cachées, mais le but de cet article n'est pas de se concentrer sur le passé ou de se rendre justice. Au lieu de cela, il s'agit d'ouvrir les yeux et de réfléchir à la manière dont nous (les Noirs et les Africains) pouvons avancer.

Penser toujours aux solutions est une compétence forte que nous devons tous posséder si nous voulons construire l'Afrique et autonomiser les Africains.

Pensez à la manière dont la Suisse a pu devenir le « pays du chocolat » du monde alors qu'elle ne cultive pas le cacao nécessaire ? Eh bien, la réponse est simple, ils pensent à des solutions à tout prix. De la négociation avec les pays producteurs de cacao (par exemple : Côte d’Ivoire, Ghana) à l’utilisation de leurs relations entre blancs pour obtenir la matière première dont ils ont besoin pour produire ce qu’ils veulent - le chocolat - et s’enrichir. Pendant ce temps, la plupart des pays ne connaissent même pas la contribution de l’Afrique au chocolat que le monde consomme.

Parler de chocolat n'était qu'un exemple aléatoire parmi les exemples les plus notoires tels que les inventions de tout ce que nous voyons actuellement dans le monde - avions, voitures, trains, ordinateurs, logiciels, etc. Toutes ces inventions ont été possibles grâce à un état d'esprit « solution ». Et si nous faisions la même chose ?

Que pouvons-nous faire à ce sujet? Eh bien, nous pouvons apprendre d'eux. Nous pouvons commencer à réfléchir à nos propres solutions aux besoins et aux problèmes auxquels nous sommes confrontés. Nous devons commencer à réfléchir à des solutions à nos propres problèmes au lieu de toujours obtenir « l'aide » de l'Occident ou d'autres pays. L'Afrique est le pays le plus riche du monde en termes de ressources naturelles. Que diriez-vous d'apprendre à utiliser nos propres ressources naturelles et à préparer notre propre « chocolat ». Et si nous conservions le cacao pour nos industries africaines avant de vendre du cacao à Nestlé en Suisse ? Ou si nous avons trop de cacao et pouvons exporter, vendons la matière première à des prix équitables pour nous assurer que nous en tirons profit puisque nous en sommes propriétaires ?

L'essentiel est que nous ne pouvons pas aller de l'avant si nous ne faisons pas preuve d’un « état d'esprit de solution ». Nous devons et nous devons encourager nos talents africains à faire de même, à revenir en Afrique afin que nous puissions créer des solutions ensemble.

Ce ne sont que trois exemples parmi des dizaines d'exemples montrant comment le fait de réfléchir comme le font les Blancs peut nous faire progresser en tant que Noirs et Africains. Il ne s'agit pas de devenir Blanc, car c'est exactement le contraire de penser comme le font les Blancs.

S'il existe, il est extrêmement rare de voir une femme blanche risquer sa vie en essayant d'être noire, alors pourquoi devrions-nous ? Pourquoi les femmes noires font-elles cela ?

Il est extrêmement rare de voir un manager blanc privilégier un talent noir contre un talent blanc, à moins qu'il n'y ait quelque chose à y gagner. Alors pourquoi les dirigeants noirs le font-ils ? Pourquoi les dirigeants du gouvernement sénégalais sacrifient-ils les hommes d'affaires et les investisseurs sénégalais au profit des entreprises françaises ? Comment pouvons-nous même faire ça ? C'est dommage !

Si nous voulons aller de l'avant, comme la Chine l'a fait et d'autres pays asiatiques, nous devons commencer à penser comme les Blancs le font à leur sujet. Nous devons penser d'abord à l'Afrique et aux Africains, se soutenir mutuellement, choisir d'abord l'Afrique, aider les Africains d'abord. Parce que si nous ne le faisons pas, nous resterons toujours derrière.

Si vous êtes africain, s'il vous plaît, commencez maintenant, et ensemble nous y arriverons.
▼ Partagez votre commentaire

▼ Nous vous recommandons