Seytoo — Des idées et des histoires qui inspirent. Que représente la mort au Sénégal ? Ce que vous ne saviez.
×
search
live_tv
EN
search

Actualités
Analyses
Lifestyle
Vidéos
Chroniques

En cliquant sur « Je m'inscris », vous acceptez la Politique de Confidentialité de Seytoo.
Créez votre compte !
keyboard_arrow_left

Préc.


Partag.

save

Enreg.
keyboard_arrow_right

Suiv.

Société et style de vie

Que représente la mort au Sénégal ? Ce que vous ne saviez pas.

27 octobre 2021, Seytoo
Que représente la mort au Sénégal ? Ce que vous ne saviez pas.

Que représente la mort pour les tribus Diola et Soninké au Sénégal ? Quelle est la différence entre la mort d’une personne jeune ou âgée ?

Pour l'ensemble des Sénégalais, musulmans, animistes ou catholiques, la mort marque la fin d'une étape, mais non pas de la vie. Au contraire, la mort est le début de la vie éternelle, vie dont les réjouissances sont sans commune mesure avec les petits bonheurs que l'on peut éprouver sur terre. Bien sûr, l'accès à cette vie supérieure est conditionné par nos actes dans la vie ici-bas : la crainte de ce qui nous attend dans l'autre monde implique donc un certain comportement. Chaque peuple du Sénégal a une manière particulière de célébrer ce passage. Par exemple :

Chez les Diola, les cérémonies funéraires diffèrent selon que la personne est âgée ou jeune. Pour la mort d'une vieille personne, le deuil est célébré par de grandes festivités pendant trois jours. Par contre, s'il s'agit d'un jeune initié, les fêtes font place à un grand silence en hommage à celui qui n'a pas pu vivre longtemps.

Chez les Soninké, la mort n'est pas silencieuse. Les pleureuses, femmes dont la fonction est d'assurer les sanglots lors des décès, pleurent la vie du défunt en la magnifiant. C'est une manière d'assurer la mémoire de celui qui part. Le mort est nettoyé à l'eau chaude, appelé en soninké « eaux amères », selon un rituel musulman et sous la direction d'un marabout. Il est ensuite vêtu d'un linceul blanc ou habillé, puis mené au cimetière ou enterré dans la concession même, selon sa position sociale. Les défunts issus de clans puissants sont le plus souvent enterrés dans leur concession, afin de protéger leur dépouille. La famille redoute en effet que ses adversaires viennent prendre les os de la fesse, risquant alors de décimer le clan entier. Selon la réputation du défunt, le village peut être en deuil jusqu'à huit jours. Pendant cette période, il est interdit de chanter, de danser et de jouer du tam-tam.
▼ Partagez votre commentaire

▼ Nous vous recommandons