Seytoo — Des idées et des histoires qui inspirent. Pourquoi cet homme tient-il tant à aider Alima ? Le cri d.
×
search
live_tv
EN
search

Actualités
Analyses
Lifestyle
Vidéos
Chroniques
Publier

En cliquant sur « Je m'inscris », vous acceptez la Politique de Confidentialité de Seytoo.
Créez votre compte !
keyboard_arrow_left

Préc.


Partag.

save

Enreg.
keyboard_arrow_right

Suiv.

Chronique

Pourquoi cet homme tient-il tant à aider Alima ? Le cri d’une célibataire endurcie (16), by Alima

03 février 2021, Alima

Le jeudi une dame m’appelle pour un entretien le lendemain. Alors je l’appelle pour lui en faire part.

Et …oui ! Haha je ne le crois pas ! Je ne me savais pas aussi naïve. Moi qui me suis cru toujours maligne. Je ne parvenais pas à avoir du boulot et s’il y a une chose que je déteste le plus c’est d’être fainéant. Alors j’ai décidé de vendre certains trucs et je faisais du porte à porte. Mais je me suis aussi rendue compte à quel point cela pouvait...être dangereux. En faisant ce boulot j’avais beaucoup de client et bien que c’était un travail super difficile, j’arrivais à régler certains problèmes de famille. J’étais l’ainée, la seule à travailler, je devais payer les factures le loyer, etc.

Lui je l’ai rencontré au cours de mon travail, je suis entré chez lui un jour et je lui ai présenté certains de mes produits. Il en acheté, parce que monsieur me trouvait présentable, correcte et je ne sais plus quoi d’autre … Comme ce secteur de la ville marchait très bien pour moi, j’y allai souvent. Alors je l’ai trouvé là-bas encore une fois, il m’a invité à entrer, à m’asseoir, il a acheté certains de mes produits ; nous étions là à discuter et il me disait qu’il n’arrivait pas à comprendre pourquoi je faisais ce boulot alors que j’avais l’air d’une intello. Et là on discutait des études etc. Il s’est avérée que nous avions des connaissances communes, que nous avions étudié presque dans les même lieux à des années d’intervalle, parce qu’il devait avoir, les 35 ans… J’ai même oublié son prénom, mais il se nommait DIALLO.

- DIALLO : Mais maintenant… à part ça qu’est ce que tu fais dans la vie ?
- MOI : Rien, pour le moment …
- DIALLO : Envoie-moi ton CV par email, je suis sûr que je peux te trouver quelque chose.

Quoi ce n’est pas trop facile…ma première impression !

- DIALLO : Tu as l’air de quelqu’un de bien et je tiens vraiment à t’aider. Je ne peux pas te donner direct du travail mais je donnerais ton CV à la DRH et elle verra ce qu’elle peut faire. Je ne tiens pas à marcher sur ses plates bandes. Tu me donnes aussi ton numéro.

Pépépép ! Pourquoi pas après tout, quelqu’un qui malgré qu’il était cadre dans l’une des plus grandes sociétés du pays, tiens à respecter un protocole. Ça ne pouvait être que quelqu’un d’honnête. Je n’avais rien à perdre (enfin je crois) et il m’avait tout de suite inspiré confiance. Alors arrivée chez moi je lui envoie illico mon CV.Bizarre, mais il était tellement prévenant, non mais je vous jure, le lendemain 8h00 il m’appelle.

- DIALLO : Bonjour Alima, c’est DIALLO, tu vas bien ?
- MOI : Oui très bien merci, et vous ?
- DIALLO : Ça va merci. Ecoute je t’avais promis quelque chose au niveau de notre société, mais après avoir vu ton CV, j’ai autre chose de bien plus intéressante pour toi. J’ai envoyé ton CV dans un centre d’appel de la place, tu les intéresses beaucoup et ils ont promis de te contacter d’ici ce soir pour un entretien, dés que c’est fait tu me fais signe. OK !
- MOI : OK, je tenais à vraiment vous remerciez.
- DIALLO : Nooon, il n’y a pas de soucis, je te laisse j’ai beaucoup de travail.

HUM… je suis en plein rêve ou bien ? Ma mère n’était pas là… j’étais seule pour quelque jours avec IDY (mon frérot) et SAFI (mon petit cœur). Alors je leur en parle.

- MOI : « Li yomboul » (n’est ce pas trop facile ?)
- Eux deux en chœur (rires) : « dimbalignou waye !!!! » (ne nous fatigue pas ! Mdrr)
- IDY : « Do bayi sofff » (arrêtes d’être énervante)… tu vois un type qui veut t’aider gratuitement, t’es là penser… penser « rek ». Arrêtes de trop réfléchir ! C’est juste que tu ne supportes pas d’avoir une chose par l’intermédiaire d’autrui et c’est ce qui existe ici !
- SAFI : Il a raison ; de quoi tu as peur ? Si tu te rends compte que ce n’est pas vraiment pour t’aider « rek », tu te retires… c’est tout. De toute façon s’il joue à l’idiot, nous on lui fracasse la tête !

Mdrrr ! De vrais sauvages ces deux là, parce qu’ils en étaient capables, des histoires de bagarres on en a tellement eues, plus jeunes. Dans les cars, les taxis, le jour où l’on a voulu tout les trois casser la figure à un apprenti de car parce qu’il voulait nous escroquer. Haha… je n’oublierais jamais ce jour et le gars non plus. Depuis ce jour dés qu’on nous reconnaissait, on voyageait gratis dans les cars (rires).

J’appelle ma mère je lui en parle, elle me dit que puisque c’est pour un entretien vas y « rek ». Il y en a qui aiment les gens correct « rek ». Pendant trois jours, aucune nouvelle, et pour ne pas paraitre ingrate, et ne pas créer d’incompréhension. J’appelle DIALLO.

- MOI : Je tenais à vous dire que je n’ai reçu aucune nouvelle, et je ne tenais pas à ce que vous croyiez qu’après m’avoir rendu un service, je vous avez oublier.
- DIALLO : Ok ok, t’inquiètes pas je vais vérifier.

Dix minutes après il me rappelle.

- DIALLO : C’est juste qu’ils étaient en pleine réfection, ils vont t’appeler d’ici vendredi. Je te rappellerais.

« Waw ! »… « Ki mom bakhna di » (il est super gentil celui là… !)

Le jeudi une dame m’appelle pour un entretien le lendemain. Alors je l’appelle pour lui en faire part. Il me répond qu’il a déjà été prévenu et que la dame à été très séduite par ma voix et qu’on verrait la suite. Il m’a alors donné plein de conseils, ce que je devais faire, ne pas faire, etc.

« Ayayayyy !» Le jour de l’entretien… un véritable calvaire…

- IDY : Reste zen, pas de stress, ne fais surtout pas semblant, restes comme tu es.
- MOI : Oui chef (lol)

Mdrrr… on aurait dit que mes deux bouts de choux étaient encore plus stressés que moi. Arrivée sur place…. au lieu d’une personne je trouve trois jeunes dames dans la salle d’entretien. L’une avait la mine super renfrognée, on aurait dis qu’elle voulait me casser la figure et je ne comprenais pas pourquoi d’ailleurs. Hum… c’était l’ex de DIALLO…Thiey nous les femmes…
▼ Partagez votre commentaire

▼ Nous vous recommandons