Seytoo — Des idées et des histoires qui inspirent. Comment et pourquoi gérer l’hypocrisie au travail. — Seytoo. S'instruire. S'épanouir.
×
search
live_tv
EN
search

Actualités
Analyses
Lifestyle
Vidéos
Chroniques

En cliquant sur « Je m'inscris », vous acceptez la Politique de Confidentialité de Seytoo.
Créez votre compte !
keyboard_arrow_left

Préc.


Partag.

save

Enreg.
keyboard_arrow_right

Suiv.

Réussite

Comment et pourquoi gérer l’hypocrisie au travail ?

31 octobre 2021, Seytoo
Comment et pourquoi gérer l’hypocrisie au travail ?

Que vous faut-il pour faire face à l’hypocrisie au travail, au quotidien. Ce que vous devez comprendre.

Quoi que nous disions ou quoi que nous fassions, nous ne pourrons rien contre ces gens qui font de l’hypocrisie une philosophie de vie car ils ne changeront pas d’un pouce et c’est à nous de nous adapter ou d’ignorer.

Au travail comme dans tous les environnements confinés, l’hypocrisie est omniprésente et nous allons essayer d’en déjouer les pièges pour gagner en sérénité. L’hypocrisie affecte bien plus qu’on ne le croit car il plombe les atmosphères et les esprits fragiles. Les hypocrites sont des gens malades qui recherchent à travers l’autre, leur propre chemin.

La jalousie, la possession, la mauvaise foi, la différence, le discrédit, la peur, le voyeurisme sont autant de facteurs qui conduisent à l’hypocrisie mais ce n’est pas tout ! Ces gens ont besoin de se sentir au centre de quelque chose pour exister car leur façon de vivre ne leur donne pas ce qu’ils désirent et ils compensent par la perversion narcissique pour arriver à leur fin.

Quand les atmosphères sont plombées par des meneurs, ces gens qui font de leur médiocrité psychologique, un art de vivre où ils pensent être des acteurs principaux, personne n’a envie de venir au travail alors que si tout le monde ignorait ces bêtes de foire, ils se dégonfleraient d’eux-mêmes. Ils se galvanisent quand on leur prête attention et ils s’aigrissent quand plus personne ne les écoute !

Pour ne pas subir cette pathologie populaire, il y a 3 étapes nécessaires :

- Observer ce qui se passe autour de nous sans y prendre part.
- Établir un constat sur les différents comportements observés.
- Adopter son attitude par rapport au constat établi.

On retrouve toujours à peu près les mêmes comportements qu’il faut éviter car ils sont négatifs à souhait et ils génèrent des tensions qui minent les esprits.

- Des gens qui parlent beaucoup trop et tout le temps, c’est qu’ils n’ont rien à dire.
- Des gens qui font une affaire d’état de leurs problèmes; Ils se déchargent de leur mauvaise humeur sur tout ce qui bouge et il faut se préserver de cela.
- Des gens qui pestent tout le temps pour rien. Ils sont insatisfaits de nature et minent les atmosphères.
- Des gens qui dénigrent sans arrêt les collègues de travail et personne n’est exclusif même vous !

Il faut ignorer ces gens qui ne sont finalement que source à problèmes. Après, il y a des gens qui préfèrent de la fausse compagnie plutôt que de se retrouver seul (e), c’est un choix que je ne cautionne pas particulièrement mais qui reste louable à condition d’être un figurant de sa propre vie.

Comment peut-on évoluer positivement dans un nid de serpent ? Il y a des gens qui n’ont pas le choix car on leur impose des collègues de travail mais on peut toujours refuser d’entrer dans le jeu de la médisance au prix souvent d’être mis à l’écart. Est-ce que le jeu en vaut la chandelle ? C’est à chacun d’entre nous d’en faire le choix.

Par contre, il y a des gens qui font leur travail sans jamais faire parler d’eux, qui se détachent du négatif ambiant, qui n’ont jamais une parole plus haute que l’autre et là, ces gens méritent d’être connus car ils ont une philosophie de vie différente, ils sont bien dans leur peau et paradoxalement, leur attitude alimente les polémiques. Les hypocrites ne comprennent pas que tout le monde n’entre pas dans leur jeu et ils œuvrent sur un niveau proche de la beauf-attitude même s’ils pensent être indispensables dans ce qu’ils sont !

Plus nous nous détachons de ce marasme social et plus nous trouvons cette attitude vindicative stupide.
▼ Partagez votre commentaire

▼ Nous vous recommandons