Seytoo — Des idées et des histoires qui inspirent. Comment ce fou besoin d’être aimé façonne la personne q.
×
search
live_tv
EN
search

Actualités
Analyses
Lifestyle
Vidéos
Chroniques

En cliquant sur « Je m'inscris », vous acceptez la Politique de Confidentialité de Seytoo.
Créez votre compte !
keyboard_arrow_left

Préc.


Partag.

save

Enreg.
keyboard_arrow_right

Suiv.

Amour et famille

Comment ce fou besoin d’être aimé façonne la personne que vous êtes ?

27 octobre 2021, Seytoo
Comment ce fou besoin d’être aimé façonne la personne que vous êtes ?

Il est bon de chercher à comprendre ce qui en nous tient du désir d'être aimé et de ce que nous nous sommes forgés comme croyances, pour nous en libérer.

Le besoin d'être aimé nous façonne très profondément, souvent sans que nous en ayons conscience. Nous savons que nos attitudes, nos réactions, nos sentiments, notre ressenti sont le résultat de notre histoire de vie, de nos expériences, de nos blessures, même si, bien sûr, ils sont aussi influencés par notre caractère naturel. Il est impossible de déterminer le degré d'importance de chaque facteur. Mais nous pouvons essayer de nous comprendre nous-mêmes….

Ce besoin d'être aimé

L'un des facteurs de notre évolution est forcément notre besoin d'être aimé de notre entourage et en premier lieu de nos parents. Si je suis enfant, je veux me faire aimer par mes parents et j'ai envie qu'ils continuent à m'aimer. Pour cela, je mets en place des stratégies qui me semblent adaptées. J'agis en répondant à une question : « comment me comporter pour que mes parents m'aiment » ? Et je m'adapte. Le résultat de cette stratégie est que, très jeune, je me façonne une manière d'être qui me semble la meilleure pour être aimé. Laquelle ?

Être aimé se façonne en nous dès l'enfance

Pour l'un cela sera de paraître courageux, si les parents s'exclament à chaque progrès : « Bravo, quel enfant courageux ». Pour d'autres, cela sera de se plaindre sans arrêt, si cela semble attirer et stimuler l'affection : « pauvre chéri, il s'est fait mal, courrons le consoler ». Pour d'autres, cela sera d'être discret s'ils entendent : « Il est très agréable, c'est un enfant calme », ou d'être bavard : « Il est très sociable, il sait s'exprimer et il a des idées sur tout ». Ou encore, un enfant très actif : « voyez comme il est dynamique et comme il va de l'avant », ou une fille garçon manqué « quelle sportive, ce n'est pas comme certaines filles » si son papa regrette de ne pas avoir eu de garçon… La mise en place de ce fonctionnement, qui reste par la suite présent toute la vie, s'inscrit en effet très tôt dans nos comportements, sans que souvent, nous en ayons conscience. Ainsi, nous pouvons avoir tendance à fonctionner d'une manière qui ne nous est absolument pas naturelle, qui est fausse par rapport à ce que nous ressentons intérieurement, mais qui correspond à ce que nous pensons souhaitable pour être aimés.

Décalage à l'âge adulte

Or c'est parfois une catastrophe ! En effet, ce que nous imaginons des pensées de nos parents n'est pas forcément vrai, même si cela l'est souvent en partie. Alors nous nous adaptons à ce que nous pensons correct, mais non obligatoirement à ce qui l'est. D'autre part, en grandissant, il n'est pas dit que si des parents étaient prêts à aimer une gentille fille toujours prête à rendre service, il en soit de même quand elle grandit, et encore moins qu'il en soit ainsi des gens que nous allons côtoyer par la suite. Idem pour n'importe quel caractère. Ce qui était adapté dans l'enfance ne l'est jamais toute la vie pour tout le monde !

Alors, il est bon de chercher à comprendre ce qui en nous tient du désir d'être aimé et de ce que nous nous sommes forgés comme croyances, pour nous en libérer. Car la meilleure manière d'être aimé, c'est tout simplement d'être soi-même, sans cette fausse façade qui nous empêche aussi de montrer le meilleur de nous-mêmes…
▼ Partagez votre commentaire

▼ Nous vous recommandons