Seytoo — Des idées et des histoires qui inspirent. Comment faire face aux excès d’humeur de votre enfant.
×
search
live_tv
EN
search

Actualités
Analyses
Lifestyle
Vidéos
Chroniques

En cliquant sur « Je m'inscris », vous acceptez la Politique de Confidentialité de Seytoo.
Créez votre compte !
keyboard_arrow_left

Préc.


Partag.

save

Enreg.
keyboard_arrow_right

Suiv.

Amour et famille

Comment faire face aux excès d’humeur de votre enfant ?

27 octobre 2021, Saliou Dia
Comment faire face aux excès d’humeur de votre enfant ?

L’éducation des enfants est le rôle primordial des parents, et cela n’est pas toujours facile. Avant même la naissance de l’enfant, les parents ont souvent tendance à faire des anticipations sur le devenir de leur futur enfant. Pourtant, cet enfant ne répond pas toujours à leurs attentes, et le "rayon de soleil" devient source de problèmes, car au contraire il a un caractère insoutenable et refuse tout ce qu’on lui demande.

Le profil-type de l’enfant roi.

L’enfant-roi a en général un tempérament colérique et un caractère insoutenable. Il n’arrête pas de crier après tout le monde, il pleure dès le moindre petit souci et fait preuve d’une extrême violence. L’enfant-roi est égocentrique et très manipulateur, et de ce fait, il est difficile de le raisonner jusqu’à ce qu’il obtienne ce qu’il veut. Chez lui, il n’y a pas de compromis, c’est lui qui fixe les règles, comme à quel moment aller au lit, manger ou pas son déjeuner. Les rôles du parent et de l’enfant s’en trouvent inversés, et l’enfant règne en maître absolu de la maison. Tout se fait par et en fonction de ses caprices et de ses désirs et de moins en moins de ses besoins véritables. Au supermarché, il réclame un jouet ou un bonbon, et pique une crise de nerfs, râle ou se roule par terre, quand la maman refuse de céder.

L’éducation des parents, premier élément en cause.

Détecter les origines du tempérament de l’enfant est déjà une étape importante dans la résolution du problème. Tout est en général lié à la manière d’éduquer l’enfant ainsi qu’à la nature du lien qui unit les parents à l’enfant. Les parents ont de plus en plus tendance à toujours faire plaisir à leur enfant par peur de le décevoir. Pourtant, il est impossible de répondre constamment aux moindres besoins et désirs de l’enfant. Il est normal que ce dernier réagisse en piquant des crises de nerfs, et l’enfant devient insupportable. Les parents cèdent souvent facilement et un cercle vicieux s’installe, l’enfant finit par croire qu’il peut tout exiger à ses parents. Un bon nombre de parents, juste pour que leur enfant arrête de crier ou de pleurer, capitulent au lieu de réprimander leur enfant.

L’enfant roi, un produit fabriqué par la société.

La société dans laquelle évolue l’enfant est de plus en plus permissive et la notion de liberté y est grandement avancée. L’éducation de l’enfant se fait ainsi dans le même sens, l’enfant étant présenté comme un individu à part entière et est traité comme un adulte. Ce courant de pensée apparaît en 1968, et prône la liberté, l’épanouissement et l’autonomie de l’enfant, tout en évitant de lui imposer des contraintes. Par peur de porter atteinte à cette liberté tellement plébiscitée, les parents ont du mal à imposer des limites à leur propre enfant. Les médias ne font qu’envenimer les choses en utilisant l’enfant comme un objet de marketing publicitaire. Les parents s’en trouvent obligés d’effectuer tel ou tel achat, en fonction des caprices de l’enfant.

Comment y remédier ?

L’enfant-roi est un problème pour son entourage, non seulement pour les parents, mais aussi pour les instituteurs, qui sont mis au dépourvu, et ne savent plus quoi faire de lui. Pourtant, il ne faut pas céder à ses caprices et oser porter affront au petit monstre. Car l’enfant-roi ne dérange pas uniquement ses semblables, à long terme, il sera victime de lui-même. En effet, un enfant-roi devient le plus souvent à l’âge adulte, un individu irresponsable, impulsif, dépendant, et incapable de régler ses problèmes autrement que par le recours à la violence verbale ou physique.

L’apprentissage de l’autocontrôle.

Il faut faire comprendre à l’enfant qu’il ne peut pas toujours obtenir ce qu’il veut en lui faisant expérimenter la frustration. Ainsi, il faut savoir lui dire non, tout en lui expliquant clairement les raisons de ce refus. Dans l’apprentissage de l’autocontrôle, l’adulte devrait aussi faire comprendre à l’enfant ce qu’est la patience. En véritable petit dictateur, l’enfant roi ne sait pas attendre et exige ce qu’il veut tout de suite. Il ne faut surtout pas rentrer dans son jeu, mais lui imposer des limites en lui faisant comprendre qu’il doit attendre. Ici, le chantage n’a pas sa place, le parent doit rester ferme envers son enfant. Enfin, il faut lui apprendre à contrôler ses émotions et à canaliser sa colère, en lui habituant, par exemple, à en parler calmement et ouvertement. Et surtout, il ne faut pas hésiter à l’applaudir ou à le récompenser à la moindre évolution de son comportement.

Le rétablissement de l’autorité parentale.

Il faut rétablir au plus vite l’autorité parentale, sans toutefois plonger dans un semblant de dictature ou de sévérité extrême. Les parents doivent alors trouver le juste-milieu en instaurant une discipline stricte et en imposant des règles, tout en restant disponible à l’enfant. Il faut lui faire comprendre que l’adulte l’écoute et qu’il peut lui partager ses sentiments et ses angoisses. Il faut multiplier le contact humain entre le parent et l’enfant, tout en sachant que les caprices sont souvent dus à un vide affectif. Les règles sont faites pour être respecter, il faut veiller à ne pas faire de compromis, l’enfant-roi essayera toujours de trouver les moyens de s’en soustraire. Ainsi, il ne faut pas hésiter à le réprimander, les punitions systématiques finissent toujours par porter leurs fruits. Enfin, le plus important est d’aller au bout de vos actions et surtout ne pas se culpabiliser.
▼ Partagez votre commentaire

▼ Nous vous recommandons